Coordonnées

Actualités

Toutes les actualités

Vidéos

Canopia-Vet - Allergie alimentaire
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

La canitie : pas seulement chez le chien âgé

La canitie, ou apparition de poils blancs, est un phénomène tout à fait normal chez le chien âgé. En revanche, lorsque les poils d’un jeune chien blanchissent, le stress et l’anxiété peuvent être évoqués, comme chez l’homme. Certaines races présentent d’ailleurs une prédisposition à la canitie précoce : le berger allemand, le golden retriever ou le Labrador retriever.

À quoi est dû le blanchiment des poils ?

Le cortex (partie périphérique) du poil étant translucide, la couleur du poil est due à la présence des pigments qui s’y logent. Ces pigments ou mélanines sont aussi responsables de la couleur de la peau. Les mélanines existent sous deux formes : l’eumélanine (pigment sombre, noir ou brun) et la phéomélanine (pigment clair, rouge à jaune).

Ces pigments sont synthétisés par des cellules, appelées mélanocytes, situées au fond des bulbes pilaires, là où les poils sont fabriqués. Les poils blanchissent lorsque les mélanocytes, qui ont une durée de vie limitée, disparaissent. Les poils blancs ne sont donc pas dus à la présence d’un pigment blanc mais à l’absence de pigments de couleur.  

La canitie consiste en l’apparition de poils poussant entièrement blancs au milieu de poils colorés. La couleur grise du pelage est un effet d’optique dû au mélange et à la superposition de poils pigmentés et dépigmentés.

Les premiers poils blancs apparaissent généralement vers l’âge de 6-7 ans chez un chien de grande taille, 8-9 ans chez un chien de taille moyenne et 10-11 ans chez un chien de petite taille.

Quelle est l’influence du stress sur la canitie précoce ?

L’influence du stress sur le blanchiment prématuré des cheveux a été démontrée chez l’homme. D’autres causes ont été également été évoquées : génétique, anxiété, maladies provoquant des douleurs, stress émotionnel, environnement inadapté, etc.

Chez le chien, une étude parue en décembre 2016 dans une revue scientifique américaine* démontre que les chiens anxieux ou impulsifs présentent souvent un blanchiment prématuré des poils du museau. L’étude a porté sur 400 chiens âgés de 1 à 4 ans. Les animaux aux poils naturellement blancs ou très clairs ont été exclus pour des raisons évidentes ! Chaque chien a été photographié et le degré de grisonnement de son museau a été évalué selon une échelle définie à l’avance, allant de « Pas de poil gris » à « Museau totalement gris ». En parallèle, les propriétaires répondaient à un questionnaire afin de mesurer l’anxiété et l’impulsivité de leur animal. Des dégradations lorsque le chien était laissé seul, une perte de poils en abondance chez le vétérinaire ou dans un lieu nouveau ou la fuite en présence de nombreuses personnes étaient interprétés comme des signes d’anxiété. Un manque d’attention, une hyperactivité après l’exercice, une incapacité à rester calme ou le fait de sauter sur les gens étaient notés comme des signes d’impulsivité. Selon les résultats de l’étude, une corrélation positive entre le blanchiment précoce du museau et un caractère impulsif ou anxieux chez le chien ne fait aucun doute. L’étude révèle que les chiens craintifs (peur des bruits, des animaux ou des personnes non familiers) sont également susceptibles de voir leur museau blanchir prématurément. En revanche, aucun lien n’a pu être mis en évidence entre le blanchiment des poils et d’autres caractéristiques du chien comme sa taille, son statut sexuel (stérilisé ou entier) ou une maladie.

L’analyse des résultats suggère que, outre le caractère et bien évidemment l’âge, le sexe peut avoir un effet sur le blanchiment des poils : les femelles âgées blanchissent plus du museau que les mâles.

> Le blanchiment des poils peut donc être un signe de trouble comportemental ou de mal-être chez le chien. Un chien présentant une canitie précoce devrait systématiquement être montré à un vétérinaire, éventuellement comportementaliste.  

La canitie peut-elle être le reflet d’une maladie ?

Oui, certaines maladies génétiques, plutôt rares, entraînent un blanchiment des poils. La plus connue est l’albinisme. Il s’agit d’un défaut de production de mélanines entraînant une absence de pigmentation de la peau et des poils. Le chiot naît avec le pelage entièrement blanc. L’albinisme s’accompagne fréquemment d’autres problèmes de santé : surdité, sensibilité au soleil et prédispositions aux cancers de la peau, problèmes de vue, troubles du système nerveux, etc. Les dalmatiens, les colleys, les dogues allemands et les bull-terriers y sont prédisposés.

Des carences nutritionnelles (vitamine B12 et zinc en particulier) peuvent également accélérer la décoloration des poils.

Et chez le chat ?

Le blanchiment des poils est beaucoup moins fréquent que chez le chien. Un chat âgé peut n’avoir que quelques poils blancs disséminés dans son pelage.

Dans la grande majorité des cas, la canitie est essentiellement un désagrément esthétique : les chiens qui blanchissent prématurément ne présentent pas de maladies liées au vieillissement avant l’âge « normal » et leur espérance de vie n’est pas modifiée.

* King C, Smith TJ, Grandin T and Borchelt P. Anxiety and impulsivity: Factors associated with premature graying in young dogs. Applied Animal Behaviour Science. Volume 185, December 2016, Pages 78-85. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2016.09.013.